Vingt-cinq années d’innovation et de musique

L’Ensemble Caprice est reconnu depuis 25 ans pour l’esprit novateur qu’il insuffle au répertoire baroque. En plus de ses concerts donnés à Montréal, l’orchestre effectue chaque année plusieurs tournées. Un rayonnement remarquable, avec plusieurs dizaines de concerts donnés au Québec, au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Opus18

Notre concert Juditha triumphans du 18 janvier 2014, présenté en collaboration avec la Fondation Arte Musica, est primé « Concert de l’année – Musiques médiévale, de la Renaissance, baroque, classique ». Nous tenons à souligner le travail exceptionnel des 18 musiciens de l’orchestre, des 10 choristes et des solistes Hélène Brunet (soprano), Samantha Louis-Jean (soprano), Maude Brunet (mezzo-soprano) et Charlotte Cumberbirch (mezzo-soprano). Ce concert, sous la direction de Matthias Maute, clôturait l’exposition Splendore a Venezia du Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Rehearsal Metropolitan Museum - Ensemble Caprice

Le 29 janvier dernier, l’Ensemble était l’invité du prestigieux Musée Metropolitan à New York. Notre programme Turning music into gold y était présenté en lien avec la superbe exposition du peintre Bartholomeus Spranger. Ce concert nous transportait à Prague, à la cour de Rudolf II, grand protecteur des arts.

Découvrez nos 3 plus récents vidéoclips sur noncerto
 

Ensemble Caprice – Anonyme, Iag Bari

30.1 Ensemble Caprice – Anon: Iag Bari from noncerto on Vimeo.

Claude Deschênes parle du concert de l’Ensemble Caprice en collaboration avec la compagnie de danse Dave St-Pierre sur son blogue: « La salle était pleine. Un bon coup de la part de l’ Ensemble Caprice qu’on a juste envie de revoir. » lire toute la critique

Karina et Philippe en duo

Le critique musical de la Gazette de Montréal, Lev Bratishenko, qualifie le concert 25e  anniversaire de l’Ensemble Caprice en collaboration avec la compagnie de danse Dave St-Pierre de:
« It was an unforgettable evening, the kind that leaves you contemplating large questions and wondering why so few performances do. »
lire toute la critique